Apparence et faux semblant

Mon visage est un masque.

(Cf article précédent)

Mon corps un costume, que je peux changer, modifier, modeler à ma convenance, suivant mes humeures.

Mon corps est une enveloppe qui contient mon être (lui, esprit pur).

C'est aussi la source de ma vie physique (mon coeur qui bat). Cette prise de conscience spirituelle va de paire avec ma radicalité.

Je ne peux pas être en vie et travailler par exemple.

(Cf texte sur ce que le travail m'inspire)

Si je travaille, je suis remise dans la case d'un corps apparent, d'un corps utile (a l'autre), d'un corps qui me représente et matériel, d'un corps que l'on utilise, que l'on manipule.

Un corps distancié.

Un corps qui a été violé, utilisé par d'autres pour les autres.

Le travail m'agresse.

J'ai la chance cependant d'avoir une plastique avantageuse.

Je ne me maquille pas, je vais doucement vers la quarantaine et on me demande parfois si je suis étudiante.

Je respire la candeur, la gentillesse, l'insouciance.

Donc j'essaye de l'utiliser moi aussi.

Mais c'est un outil, je sais que je suis bien plus car je suis au contraire tout sauf insouciante ou candide.

Je suis désabusée de tout, écœurée.

Je suis constamment angoissée et je me sens également toujours responsable (de tout).


Je me sens la source du mal sur cette Terre.

Je suis/me sens coupable.

De ne rien faire ou de trop faire.

D'être trop ou pas assez.

De trop parler ou de trop écouter.

De trop subir ou faire subir

Etc.